Scilla et la pinte de la Sicile
Plage de Scilla
avec au dernier plan on distingue
la pointe de la Sicile .

eglise du saint esprit de scilla
Eglise du Saint Esprit (1752) de Scilla.
Comme dans beaucoup de ports de pêche, les églises et
chapelles sont nombreuses à Scilla en dépit des destructions
successives par les tremblements de terre en
1783 et 1908.

l'antre de scylla
Rochers de Scilla où se trouvait l'antre de Scylla.
Au fond, la Sicile avec le gouffre de
Charybde. En voulant éviter Charybde, les marins
se confrontaient à Scylla.

madonne a scilla
Madonne de la Mer élevée en 1963
à l'endroit même où se trouvait le monstre Scylla.

ruelle de la Chianalea de Scilla

ruelle de la Chianalea de Scilla
Le hameau de la Chianalea à scilla
ne comporte qu'une seule ruelle parallèle à la mer.
ci-dessus les deux extrémités.


chat a scilla

scilla le port


Scilla

Scilla, prononcé à l'italienne, ce mot a une douce consonance. Mais pour les Grecs il était synonyme d'effroi. Nous en avons conservé l'expression "Aller de Charybde en scylla". Le premier étant un gouffre à l'extrémité sud de la Sicile, le second un monstre de six têtes et douze pieds qui dévorait les équipages passant au large de son antre située sur les côtes de la Calabre actuelle. Lorsqu'il dut choisir entre les deux, Ulysse préféra Scylla car Charybde lui réservait une mort certaine. Aujourd'hui, les marins ne les craignent plus mais ils demeurent prudents lorsqu'ils naviguent dans ces eaux parcourus de forts courants.

Strabon et Polybe affirment que Scilla fut fondée lors de la guerre de Troie au XIIe siècle av. J.C. Scilla apparaît pour la première fois dans la lutte entre les pirates tyrrhéniens, installés dans cette partie de la côte, et le tyran de Reggio Calabria Anaxylas en 493 av. J.C.

scilla la chianalea
Dans le petit port de la Chianalea de Scilla, les maisons donnent directement
sur la mer. Au fond sur le rocher, la forteresse du XVIIe commencée au XIIIe siècle.

C'est par une météo de calmes précaires interrompus par des grains violents accompagnés de bourrasques que n'aurait pas renié Ulysse que je suis arrivé à Scilla. Pour les habitants à la mi-septembre la saison est déjà terminée, les estivants partis, les terrasses vidées, les restaurants de plages démontés. A partir de la fin août, le temps en Calabre devient capricieux, viendront ensuite les pluies quotidiennes. Evanouis les couchers de soleil des cartes postales sur une mer violine - nous sommes sur la Costa viola.

Protégées par la forteresse du construite entre le VIIIe et le IXe siècle, les premières maisons semblent désertes. Pour rejoindre le bourg des pêcheurs de l'autre côté du rocher, il faut, soit faire le tour par le haut, soit emprunter un tunnel récent taillé dans la roche. Dans une anfractuosité de la roche une madone a été placée à la mémoire des marins disparus en mer ; à l'endroit même où Scylla guettait les navires.

scilla pêcheurs
Prévoyant un coup de mer, les pêcheurs hissent leurs barques sur la cale

De l'autre côté c'est le petit port de la Chianalea. Une ruelle linéaire parallèle au rivage. Ici, on pêche l'espadon depuis des générations au harpon à bord de bateaux munis d'un mât de vigie. Les grosses unités, les spadare, sont amarrées à quelques kilomètres de là, à Bagna Calabra. Tous les ans, en juillet, on célèbre le poisson roi lors de la Sagra del pesce spada.

Aujourd'hui, les pêcheurs prévoyant sans doute un coup de mer hissent leurs barques sur le quai. Chacun aide son voisin, pas de cris, pas de grands gestes. Les paroles sont limitées à l'essentiel. Nous sommes entre gens de mer qui se comprennent sans se parler. Si la majorité des bateaux sont regroupés ici, plusieurs maisons possèdent leur propre cale aménagée entre deux habitations ou au sous sol. Chacune d'elles donne directement sur la mer par un petit escalier. Elles sont ancrées sur le rocher même.

la chianalea de Scilla
Cale au milieu du hameau de la Chianalea de Scilla devant l'hôtel installé dans le Palazzo Scategna du XVe s.
totalement rénové il y a moins de vingt ans
, témoignage de l'arrivée du tourisme dans ce petit port de pêche.

Quelques unes abritent un hôtel de luxe, un restaurant ou un magasin de souvenirs (un seul), signe de la pénétration encore timide du tourisme. Quelques Américains et un groupe d'Allemands, plus intéressés par les techniques de pêche que par les bibeloteries, s'apprêtent à quitter les lieux.

Les habitants sont rares à l'exception des chats errants qui doivent en Calabre, plus qu'ailleurs, compter sur leur intelligence et leur capacité d'adaptation pour survivre. L'un d'eux, un chaton au pelage caramel, sort la tête d'une maison en ruine sous la surveillance de sa mère. Ailleurs en Italie les chats des rues sont d'un naturel parfois confiant mais le plus souvent méfiant et préfèrent s'esquiver à l'approche d'un étranger. Ici, ils sont combattifs et ne reculent pas devant l'affrontement, signe qu'en Calabre les conditions de vie sont plus rudes pour les animaux mais aussi pour les hommes.

pecheur de scilla
A Scilla les chats, nombreux, assistent au retour de pêche pour obtenir leur pitance de poissons.

barque de pêcheur a scilla
A Scilla de nombreuses maisons possèdent leur
propre cale pour abriter l'embarcation de leur
propriétaire.

scilla bateau spadare
Marina de Scilla. Le bateau bleu au second plan est
un spadare spécialisé dans la pêche à l'espadon.
Le mât bleu est un mât de vigie pour scuter les
poissons. Ici, la pêche se fait au harpon et en juillet
on célèbre l'espadon lors de la Sagra del pesce spada.

pêcheurs a scilla
Hissage des barques sur la cale de Scilla.

ruelles à Scilla

cale a la chianalea de scilla
A Scilla quelques ruelles étroites permettent l'accès
à la mer. certaines sont transformées en cale à bateaux.

Repères :
le monstre de scylla

Charybde :
Charybde était la fille de Poséïdon et de Gaïa.
Pour avoir volé à Héraclès une partie du troupeau
de Géryon , elle fut foudroyée par Zeus et changée
en un gouffre marin.
Là, trois fois par jour, elle avalait puis régurgitait
de grandes quantités d'eau, incluant navires
et poissons.

Scylla :
Dans le récit d'Homère, Scylla, fille de Phorcys et de Cratéis est présentée comme un monstre ayant six têtes
et de douze pieds.
Embusquée dans le détroit de Messine elle attendait
les navigateurs imprudents.
A l'origine Scylla était une belle jeune nymphe.
Le dieu marin Glaucos était fou amoureux d'elle.
Ce dernier demanda à la magicienne
Circé de lui fabriquer un philtre magique
pour conquérir Scylla.
Circé tomba amoureuse de Glaucos qui la repoussa et
pour se venger elle transforma la belle Scylla en un monstre hideux.
Plus tard Scylla fut changée en rocher et
c'est ainsi qu'Enée la vit lors de son voyage.

Image ci-dessus extraite de :
http://helios.fltr.ucl.ac.be/auge/Magie/Analyse2.html
et pour le texte
Grant (M.), Hazel (J.), Dictionnaire la mythologie,
Paris, Marabout, 1975.

scilla ett sa forteresse

Retrouver cette page sur Calaméo

 

Renseignements pratiques :

Scilla :
GPS: 38 °15'00"N - 15 °43' 00" E
5 163 habitants

http://fr.wikipedia.org/wiki/Scilla
http://www.initalytoday.com/fr/calabre/scilla/

Contact :
italie.chroniques@gmail.com

Retour vers la liste des chroniques
Retour vers le haut de page

Vers l'introduction retour à l'index vers la liste des chroniques retour vers chroniques histoire des Margelli bibliographie contact