L'entrée de la vieille ville de Bordighera .

Bordighera la mer
En contrebas de la vieille ville
via san Ampelio ,
le front de mer offre de petites plages
bordées de jolies plages.


villa Garnier à Bordighera
Le souvenir du passage de la reine Victoria
via Arziglia de Bordighera.

Villa Garnier à Bordighera
Villa Garnier et sa palmeraie
proche de la vieille ville de Bordighera .

Villa gardnier Bordihera
Un palier de la villa garnier à Bordighera .

Villa garnier à Bordighera
Fresque de garnier (?)
représentant sa villa à Bordighera .
.
Eglise de Charles garnier à Bordighera
Eglise Terra santa de
Cherles Garnier et de son fils
dans la ville moderne de Bordighera .


Un témoignage de la Belle Epoque
une des dernières vespasienne de la région.

laurier rose
Un laurier rose

Casa del Caffe à Bordighera
La terrasse de La Casa del caffé corso Italia
à Bordighera à la terrasse bordée de lauriers roses et de
plantes méditerrannéenne.

Bordighera

Bordighera

Bordighera, prononcez ce nom en traînant sur le ghe et c'est toute la douceur de l'Italie qui résonne à votre oreille. Car Bordighera c'est un rythme de vie, une végétation luxuriante de palmiers, de plantes méditerranéennes, des lumières qui séduisirent Claude Monet. "Je veux passer un mois à Bordighera, l'un des plus beaux endroits que nous ayons vu dans notre voyage" écrit-il au marchand d'art Durand Ruel le 12 janvier 1884. Il ajoutera deux mois plus tard, en mars, "Il règne ici un ton rose extraordinaire intraduisible, les matinées sont idéales [.] Mes vêtements sont rongés par le soleil."

Mon premier contact avec Bordighera ressemble à une scène d'un vieux film italien des années cinquante : un "je ne sais quoi" de désuet, l'entrée dans la vieille ville un peu vétuste, des ruelles baignées de soleil, du linge aux fenêtres, un ancienne chanson qui s'échappe de la boutique d'un barbier aiguisant son rasoir, des gamins jouant au foot devant l'église. Le temps s'était figé, le charme opérait.

Cette première impression ne s'est jamais démentie. 12 ans ont passé et elle subsiste toujours, même si le barbier a pris sa retraite. Depuis le parking près du bourg médiéval, les voix des habitués prenant l'apéritif sous les voûtes de la porte de la vile retentissent le dimanche matin, les gamins jouent toujours au ballon.

A Bordighera il faut prendre son temps, savourer chaque instant. Fondée en 1471 la città vecchia occupée à l'origine par des pêcheurs et des agriculteurs n'est pas très étendue. Il ne faut pas longtemps pour en faire le tour. Mais de placettes en passages voûtés, de l'ombre à la lumière, de lauriers roses aux immenses ficus millénaires ( Ficuls machrophilla) , l'esprit des lieux s'empare de vous, le pas ralentit. Arrêt à l'église au clocher revêtu de tuiles vernissées dont les reflets chatoyants captent le regard . Si le bâtiment date de la seconde moitié du XVIIIe siècle, sa façade a été refaite au XIXe siècle. Cerné par d'anciennes maisons de pêcheurs le parvis se prête merveilleusement aux photos de mariage intime et désuet. En face, le tabac tenu par un vieux Monsieur et son chat. Un peu bourru mais serviable. Il vend des reproductions de cartes postales anciennes évoquant les débuts du tourisme, la venue de souverains, d'artistes ou d'architectes célèbres en ces lieux.



Vielle ville de Bordighera Vielle ville de Bordighera
A gauche : une autre porte de la cité à l'extremité de la via Lunga
A droite : via Circonvallazione bordée de terrasses.

Le souvenir de Charles Garnier

Charles Garnier justement résida à quelques pas de là. Il choisit Bordighera pour les effets bénéfiques de son climat sur la santé de son fils tuberculeux. Bâtie entre 1872 et 1874, sa maison toute blanche avec sa tour belvédère domine la mer. Elle est désormais tenue par une congrégation religieuse qui accueille les touristes pour un prix modéré.

Un après-midi d'avril, je me suis lancé. Un coup de sonnette et me voici dans le vestibule à attendre la soeur supérieure. Très gentiment, elle me propose de visiter les lieux - être directeur d'office du Tourisme et Historien d'art de formation m'a facilité les choses. La maison n'a pas beaucoup changé depuis le départ de son premier propriétaire. Elle a conservé l'ambiance et les bruits de ces anciennes demeures, le parquet ciré craque sous les pas, les portes grincent un peu. Le mobilier, lui aussi date un peu. Sur les murs, ô surprise !, des fresques de Garnier et de ses invités, dont un plafond par Baudry. Certaines ne sont que des pochades, des graffiti plein d'humour, mais elles apportent au lieu un caractère historique et vivant.

Villa gardnier BordiheraVilla gardnier Bordihera
Fresques dans la villa Garnier de Bordighera
entre costume locale et la mode de la Belle Epoque

Dans une pièce une fresque de Garnier représentant la villa avec son parc d'essences rares et ses palmiers. Cette palmeraie a été créée par un moine égyptien il y a plus de deux mille ans et compte près de 4000 plantes. Elle en a compté plus de 10 000. A l'approche des fêtes pascales, on ligaturait les palmes au sommet du palmier pour les faire blanchir. Les habitants les coupaient puis les tressaient ensuite en croix, porte-cierges. pour les vendre lors des Rameaux. Aujourd'hui encore à Menton et en Ligurie cette tradition reste vivante. Grignotée par l'urbanisation, la vente des palmes diminuant la palmeraie est en sursis.

Garnier a laissé d'autres traces à Bordighera et notamment, l'église Terra santa via Vittorio Emmanuele. Dans la nef une stèle rappelle qu'elle est l'oeuvre des Garnier père et fils et un petit escalier à vis évoque les constructions métallique de l'époque.


Jardin Claude Monet dans la ville nouvelle de Bordighera

La ville Basse
Lors de ma première visite la ville basse, plus moderne, m'était apparue sans charme, uniquement vouée à la circulation. Impression trompeuse. Aujourd'hui, rien ne me fait plus plaisir que de flâner dans les ruelles traversantes débordantes de lauriers roses pour découvrir la via Claude Monet, la modeste maison qu'il occupait, le jardin qui porte son nom planté de glycines, d'agaves et de jacarandas. A Bordighera les arbres ont droit de cité. Même sur les immeubles modernes, des euphorbes succulentes grimpent le long des façades jusqu'aux toits tandis les bougainvillées envahissent les haies et les poteaux télégraphiques.

L'une de mes rues préférées est le Corso Italia, face à la gare qui relie la via V. Emmanuele à la via Romana, une jolie rue bordée d'anciens palaces Belle Epoque. Le Corso Italia a été rénové il y a peu de temps et a l'aspect de nombreuses avenues de stations balnéaires liguriennes : maisons de style, parterres, arbustes fleuris. Le dimanche matin il devient piétonnier et accueille des marchés gastronomiques ou d'antiquaires. Les terrasses des cafés ombragées invitent au farniente et à profiter de la vie. Impossible de résister.

J'ai mes habitudes à la Casa del Caffé, service impeccable et amuse-bouches délicieux. J'aime bien aussi le glacier Coco's en face de l'office du tourisme. En fin d'après-midi c'est la cohue, une queue jusque dans la rue pour avoir une table ou simplement un cornet de glace tant le choix (plus de 70 parfums) et la qualité sont grands. J'y vais souvent le dimanche matin prendre mon café. L'ambiance est plus calme et le café doux et amer à souhait.

Puis je remonte la rue à pieds, re-découvrant les ruelles de traverses, jusqu'à la vieille ville pour me ressourcer comme au premier jour dans l'atmosphère surannée et romantique de la vecchia città di Bordighera.

Bordighera

vieux bordighera
Vieille ville de Bordighera, la Poste
.

vieux bordighera
Vieux Bordighera, place de l'église .



vieux bordighera


Scènes prises dans le vieux Bordighera .

Eglise de bordighera
Fronton de l'église du Vieux Bordighera .

Bordighera

Bordighera
Deux vues du Corso Europa dans la ville basse
de Bordighera.

corso italia à Bordighera
Corso Italia à Bordighera .


Via della Libertà face à l'église Terra Santa.

Palace Belle Epoque
Palace Belle Epoque et ruelle bordée de
de lauriers roses.

Consulter la galerie photo sur Bordighera

galerie bordighera

Renseignements pratiques :

Bordighera :
GPS: 43°47'00"N - 7 °40'00" E
10647 habitants

http://www.bordighera.it/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bordighera

Retrouvez cette chroniques sous forme de
brochure sur Calaméo :

Bordighera

bordighera sur calameo

Bibliographie

Contact :
italie.chroniques@gmail.com

Retour vers la liste des chroniques
Retour vers le haut de page

vers la liste des chroniques retour à l'index Vers l'introduction contact bibliographie histoire des Margelli retour vers chroniques