noli eglise san paragorio
Eglise San Paragorio, l'une des plus belles églises romanes
de Ligurie.
Noli san paragorio chaire

Chaire de l'église San Paragorio avec des motifs des premiers
années de la religion chrétienne.

Noli san paragorio
Inscriptions grecques remonontant aux ébuts de la religion chétienne. A droite on distingue la chaire.

Noli chaire
Chaire épiscopale dans l'église San Paragorio


Noli san paragorio

Vasques en céramiques d'origine islamique (Sicile, Afrique du Nord). Ces vasques étaient disposées sur la façade de l'église. Il en reste quelques unes, il y en avait plus de deux cents.
Noli maison fortifiée

NoliCi-dessus: Maisons forifiées de Noli

Noli remparts

remparts de noli
En haut :Remparts de Noli
Ci-dessus: la ville a conservé sa porte en bas doublé de
fer cloûté. Notez le portillon pour les piétons.

 

Noli le château

Noli

A l’ombre de Gènes, une autre république maritime est blottie dans une anse de la côte ligurienne. C’est Noli. De voiture, en passant rapidement, elle ressemble à tous les autres ports de pêches devenus stations balnéaires comme Dario Marina, San Lorenzo ou San Stefano al Mare. Mais à mieux y regarder, il y a quelques différences…

L’église San Paragorio a immédiatement attiré mon attention. Mon flair d’archéologue et d’historien de l’art a été mis en éveil par ses formes romanes, la silhouette de son chevet, la patine de ses pierres.  A l’entrée des fresques finissent de s’effacer, des fragments de visages éclatés par les siècles ; au sol des pierres tombales s’enfoncent dans le sol sous le poids des années ; le granit est rongé par la mousse, les embruns et le temps.

L’église est de style roman lombard. Si le porche est gothique du XIIIe siècle, l’édifice remonte au XIe siècle. C’est l’un des plus anciens de Ligurie. La date de construction a été datée par les vasques en céramique d’origine islamique (nord africaine et sicilienne) intégrées dans le chevet. En 1239, l’église est élevée au rang de cathédrale. Elle le conservera jusqu’en 1572.

Chaire épiscopale dans l'église San Paragorio
Crypte ossuaire de l'église San Paragorio de Noli.

A l’intérieur, les bancs des fidèles sont toujours là, un napperon est disposé sur l’autel mais la nef ressemble à une réserve archéologique. Des vasques musulmanes sont exposées dans un coin de la nef tandis que dans un coin, les restes  de la première nécropole paléochrétienne sont visibles. Ils s’étendent à l’extérieur. C’est dans ces gigantesques fonds baptismaux que les premiers chrétiens épousaient la foi du Christ. A l’époque on ne se contentait pas  de quelques ablutions, la presque totalité du corps était immergée. La chaire d’origine est ornée de motifs de la même époque et le siège épiscopal médiéval au damier rouge et blanc des Savoie est resté en place. L’autel baroque est ceinturé des solides grilles pour le protéger des vandales – pas ceux qui envahirent l’Europe du Sud il y a 1500 ans, ceux d’aujourd’hui avec les bombes de peintures.

J’ai un faible pour ces églises anciennes qui plient sous le poids des siècles. Les fissures, l’érosion des pierres, leur désaffection par les fidèles, leur isolement, leur donne un air romantique qui me rappelle les gravures anciennes. Je pense souvent à l’artisan ou au peintre du Moyen Age (ou Romain à Pompéi) en regardant ces chapiteaux sculptés. Imaginait-il que son œuvre traverserait aussi bien les époques ?

Sous le chœur de l’église San Paragorio, la crypte abritait un ossuaire. La lumière y pénètre indirectement par une étonnante grille de pierre. Au XIIIe siècle, l’église était prise dans une enceinte qui suivait la colline jusqu’au château seigneurial bâti au XIe siècle. Le donjon est toujours bien droit prêt à surveiller la mer et à protéger la petite république maritime de Noli.

L’intérieur de la ville était aussi fortifié. Outre les remparts on y comptait quatre-vingt maisons fortifiées avec des tours de trente à quarante mètres de haut ; toutes élevées entre les XIIe et le XIVe siècles. Quatre cents ans plus tard, elles avaient déjà presque toutes disparues. Aujourd’hui, il n’en reste que huit.

Noli le château
Noli et son château. Au premier plan, une des tours de Noli. Il en reste huit. Il y en avait près de quatre-vingt.

Je connais ces tours. En Ligurie, en Toscane, à Rome, elles permettaient de guetter la venue d’un éventuel assaillant et de pouvoir donner l’alerte en temps voulu. A l’intérieur des cités,  elles marquaient les limites d’influence de chaque clan et de contrôler le passage d’un quartier à un autre. Chaque grande famille avait la sienne. A Gènes par exemple, ces tours servaient à l’occasion de refuge lors de l’attaque d’une famille ennemie. Dans les combats entre Guelfes et Gibelins plusieurs d’entre-elles furent détruites. A Noli, ces maisons-tours protégeaient à la fois ses occupants des pirates et des clans adverses.

On les reconnaît facilement à leur rez-de-chaussée en pierre de taille et à leur porte en ogive. Les étages supérieurs étant en brique.

Ces constructions témoignent aujourd’hui de la richesse passée de Noli, contrairement à Diano Marina, Loano ou bien d’autres cités du bord de mer qui n’étaient que des villages de pêcheurs. A l’entrée, les touristes doivent passer près de la loggia della Repubblica, siège de l’ancienne chambre de commerce où l’on exposait aussi les prisonniers soumis à la torture.

Noli cathédrale
Peinture dans la cathédrale San Pietro de Noli.
On reconnaît la silhouette de la cathédrale et une maison-tour.

Noli cathedrale san pietro Noli cathedrale san pietro
Cathédrale San Pietro de Noli.
Nef et Christ monumental.

Le jour de ma visite, la cathédrale de San Pietro était le seul édifice religieux ouvert. Dans cette partie de la Ligurie, des crucifix monumentaux sont disposés dans la nef. A Loano le Christ est sculpté dans du bois noir. Ici, deux Christ en douleur se font face. A la Saint-Jean et lors de certains fêtes religieuses, ils sont portés en procession. Plusieurs toiles du XVIIIe siècle sont marouflées sur les murs. L’une d’elles représente l’arrivée du corps d’un évêque dans la ville. On y voit clairement les remparts de la ville et une maison-tour ainsi que quelques voiliers.

Aujourd’hui sur la plage, il ne reste plus que les barques des pêcheurs et les goélands ont remplacé les touristes.

Noli

Noli la plage

Noli le chateau
Entrée de la ville de Noli.

san paragorio noli
Le château de face avec ses tours. La terrasse au
premier plan était plantée d'arbustes à la Renaissance.

san paragorio noli
Chaire épiscopale dans l'église San Paragorio

Noli piazza repubblica

Noli
Ci-dessus la place de la République de Noli et la
galerie sous la loggia qui servait de chambre de
commerce et de tribunal.
Noli maison fortifiée

Noli maison fortifiée
Ci-dessus : deux maisons fortifiées de Noli.
Sur la première, dont il ne subsiste, que le rez-de-
chaussée, on remarque l'appareillage en pierre de
taille, la porte en ogive fermée par une solide grille.
La seconde, au fond, de la rue, donne une idée de la
hauteur que pouvait atteindre ces édifice.

Noli
Petite place dans le centre de Noli.


Agrandir le plan

Repères

• 15-10 a.C. : Le promotoire Noli est colonisé par les Romains qui y construisent un chantier naval.
• VI sec. : Fondation de Neapolis sous la domination byzantine. La cité sert de refuge aux populations lombardes qui fuient les barbares.
• 967 : Le territoire de Noli est rattaché aux domaine de la famille de Savone des Del Carretto.
• 1004 : Le nom de Noli apparaît pour la première fois dans un document sous forme “Noli la Naboli”. Au début du siècle. XI sur les pentes du Monte Ursino est construite l'église de San Paragorio.
• 1099 : Noli participe à la première croisade et en retire des avantages commerciaux. En 1202 Noli est déclarée “république maritime”, fruit de son alliance avec le parti guelfe de Gènes dans sa lutte contre le marquis gibelins de Finale Ligure.
• 1239 : Le pape Grégoire IX, en reconnaissance de l'aide apportée dans la guerre contre l’empereur Frédéric II, élève Noli au rang d’évêché et la sépare de la tutelle de Savone. Noli restera un évêché jusqu’en 1820.
 • Le XIV secconstitue l’apogée de Noli.
• 1797 : Avec la chute de la République de Gènes, Noli passe sous la domination des Français.

Visiter la galerie photo de Noli

galerie photo noli

Consulter cette page en format brochure sur Calaméo

Renseignements pratiques
Habitants : 2861
GPS: 44°12'00" N, 8°25'00" E

http://www.comune.noli.sv.it/it/
http://it.wikipedia.org/wiki/Noli

http://www.borghitalia.it/html


Contact :
italie.chroniques@gmail.com

 

Retour vers la liste des chroniques
Retour vers le haut de page

vers la liste des chroniques retour à l'index Vers l'introduction retour vers chroniques histoire des Margelli bibliographie contact